fbpx

Les Encantadas de Ria – Nouvelle Fantasy

les encantadas de ria nouvelle fantasy yoan h padines

D’après le conte pyrénéen du chêne de Ria

Contre l’un des murs de la salle d’attente immaculée, quatre sièges sont installés. Le mur opposé disparaît sous une dizaine d’affiches bigarrées. Elles représentent gargouilles et licornes, trolls et ogres, nymphes et démons. Les commentaires, écrits en rouge vif, reprennent de vieux proverbes éculés : « qui vole un œuf, vole un bœuf… » « A méchant chien, court lien… » « Faute confessée est à moitié pardonnée… » « C’est celui qui dit qu’y est… »

Sur les autres murs, deux lourdes portes en bois se font face. Le carrelage est blanc. Le papier-peint est blanc. Le plafond est blanc. Tout concourt à mettre les affiches en exergue. Néanmoins, les deux seuls individus présents s’en moquent.

L’un d’eux est un gnome joufflu. Il ne cesse d’aller d’avant en arrière sur sa chaise, inlassablement. Ses jambes se balancent dans le vide. Depuis qu’il est entré, il gémit. Parfois, il arrache son long bonnet pointu, rouge, le tord dans tous les sens, avant de le remettre sur sa tête, froissé.

L’autre est un chat. Un gros chat roux, tigré. Il est couché sur son siège sans bouger. Patient.

Tout à coup, la porte sur leur droite s’ouvre. Une fée entre alors. Elle a les cheveux blonds comme les blés, de grands yeux bleus comme le ciel. Elle porte une belle robe blanche qui accentue sa pâleur. Battant l’air de ses ailes diaphanes, elle volette jusqu’à l’une des chaises libres et se pose. Et ils attendent.

De temps en temps, la fée jette des regards angoissés aux deux autres. Le chat l’observe de sous ses paupières. Quant au gnome, il continue inlassablement son manège.

– Vous êtes ici pour quelle raison ? demande soudain la fée.

Etonnée par l’écho de sa propre voix, elle rentre la tête dans les épaules. Le gnome l’ignore complètement, tandis que le chat se redresse et s’étire. Puis le félin s’assoit et braque ses yeux d’émeraude sur la jeune fée.

– Pour la même raison que vous : convoqué par le jury.

– Vous parlez ?!

La réponse du chat est sèche.

– Non.

– Ah.

– …

– Vous êtes sûr ?

Le chat secoue la tête en soupirant.

– Bien sûr que je parle. C’est votre première fois, ici ?

– Oui… Et vous ?

– La troisième.

– Trois convocations ? Ca fait beaucoup !

– C’est un problème d’Etat Civil.

– Comment ça ?

– A ma naissance, ils m’ont inscrit comme tigre mangeur d’homme. C’était d’un spirituel… Maintenant, à chaque fois que je me risque à seulement griffer un humain, je me retrouve ici.

La fée esquisse un sourire. Elle est soulagée.

– Dans ce cas, je suppose qu’ils reconnaissent l’erreur…

– Du tout ! J’ai beau leur expliquer, me montrer sous toutes mes coutures, ils ne veulent rien entendre… Les deux fois précédentes, j’ai été condamné à aller En-Bas.

Les yeux de la fée s’agrandissent d’horreur.

– Comment en êtes-vous sorti ?

– Bah, j’ai neuf vies… Avec le camion qui m’est passé dessus il y a quatre ans, ça m’en laissera encore cinq. Mais il va falloir que je sois moins nerveux en allant chez le docteur… et que je le laisse me faire ses piqûres sans lui lacérer le visage !

Silence. La fée médite ces paroles. Le chat fait sa toilette. Le gnome va inlassablement d’avant en arrière sur sa chaise.

– Ils sont comment, les juges ? interrompt la fée.

Le chat répond sans cesser son nettoyage consciencieux.

– Humanoïdes, grands, avec de longues ailes blanches dans le dos. Deux mâles, deux femelles.

– Je voulais plutôt dire… sévères ?

– Ca dépend.

Brusquement, la seconde porte s’ouvre. Une vieille sorcière au nez crochu ressort avec empressement. Elle arbore un sourire rayonnant. Une voix nettement féminine appelle : « Gnome Niaj de Nidran, à la barre ! ». Instantanément, le gnome se lève et marmonne :

– J’ai rien volé au dragon…

Il bouscule la sorcière au passage, mais celle-ci n’en a cure : elle est libre. Le gnome passe la porte et la referme derrière lui.

La fée reprend sa conversation en chuchotant :

– Alors, ils sont sévères ?

– Des fois oui, des fois non. Ils respectent toujours scrupuleusement la procédure. Sauf quand ça les arrange.

Le beau minois de la fée verdit. Son teint est gâché et ses yeux lui sortent de la tête.

– Et quand ils respectent la procédure, ça se passe comment ?

– Tu rentres. Ils lisent l’acte d’accusation. Ils te laissent te justifier. Puis ils jugent. C’est leur boulot. Décision à la majorité.

Nouveau silence tourmenté. La fée se tord les mains. Ses yeux fixent le sol, hagards. D’un coup, elle prend conscience d’une faille dans ladite procédure et en fait part au chat :

– Puisqu’ils sont quatre, ça doit bien poser problème, des fois, pour obtenir une majorité… Non ?

– Ah oui, ça arrive. Blanche-Neige, ça fait soixante-huit ans qu’elle attend dans la zone de transit qu’ils se mettent d’accord.

– Elle a fait quoi ?

– Elle a été accusée d’avoir fait assassiner sa belle-mère par les nains. Crime passionnel. Amoureuse de son père. Jalousie maladive. Manipulation mentale des nains. Usage de substances illicites en vue de s’attacher un prince. La totale.

– Elle n’a jamais fait tout ça !

– C’est ce que disent les juges mâles. Pas les femelles.

La fée se prend la tête entre les mains. Son estomac fait entendre des borborygmes inquiétants. Elle gémit. Puis elle relève la tête.

– Et si une majorité se dessine ?

– Alors, si tu es reconnu coupable, tu tombes directement En-Bas. Là, tu y restes pour l’éternité. Sinon, tu ressors, comme la sorcière…

– Ils ne font jamais d’erreur ?

– Si.

– Et ?

– Et quoi ?

– Que se passe-t-il en cas d’erreur ?

– Rien.

Soudain, la porte s’ouvre.

Personne ne sort, dommage pour le gnome. Une voix virile, cette fois, invite la fée Baila à rentrer. Celle-ci interroge le chat du regard.

– J’étais en avance, répond-il.

La fée s’avance et passe la porte. Elle se retrouve dans un véritable salon. Face à elle, sur une haute estrade, quatre personnes habillées de vert sont assises sur un canapé rose. Les murs sont jaunes. Le plancher bleu. Un juge au sourire affable se penche vers la fée. Son visage rond et ses cheveux noirs soigneusement gominés lui confèrent un air paternaliste rassurant.

– Vous êtes bien Baila la fée, habitant Caune de las Encantadas, deuxième couloir, troisième buisson en partant de la gauche, rue des sources, 66500 Ria, France ?

– Euh… oui.

L’une des femelles se penche vers la fée. L’indignation assombrit son visage revêche coupé au couteau et surmonté d’un chignon gris. Secouant le doigt en signe d’avertissement, elle dit :

– Vous ne parlerez que quand nous vous ferons signe, jeune fille.

La fée hoche la tête.

– Bien, reprend le juge à la coiffure impeccable. En tant qu’aînée des trois fées qui se font appeler Encantadas, vous êtes accusée d’être la principale instigatrice du génocide de la forêt de chênes verts qui poussaient, autrefois, sur cette même commune de Ria, il y a deux ou trois siècles. Par ailleurs, vous êtes aussi accusée d’être à l’origine du profond traumatisme psychologique du seul survivant à ce drame. Niez-vous les faits ?

Baila se tait. La juge au visage émacié joint les deux mains, avant de lâcher :

– C’était le signe. Comme qui ne dit mot, consent, vous êtes donc coupable…

– Non !

– Attendez le signe pour parler ! Vous niez ? Pourtant, c’est votre parole contre celle d’un chêne dans la force de l’âge. Il était encore arbrisseau, à l’époque. Suite à ce désastreux épisode, il a passé toute sa croissance en thérapie auprès de ses écureuils. Ce sont eux qui ont signalé les faits. Les autorités compétentes ont diligenté une enquête qui a conclu à votre culpabilité.

La fée observe anxieusement les quatre juges. Le magistrat gominé continue à sourire tandis que son voisin de droite, au crâne lisse et au visage pincé, l’examine froidement de la tête aux pieds. La seconde femelle affiche un âge très avancé et autant de rides que d’années. Indifférente, elle menace de s’endormir. L’acariâtre la crucifie du regard avant de se gratter discrètement l’oreille. Baila prend cela comme une invitation à s’expliquer.

– Nous n’avons fait que notre travail ! C’est un regrettable malentendu. Et puis, il doit y avoir prescription, non ?

– La victime survivante était mineure au moment des faits. Or il n’y a prescription ni pour les crimes sur mineurs, ni pour les éradications massives.

Madame Austérité fronce les sourcils et la fée continue :

– Je vais tout vous expliquer, alors. Il y a erreur…

Le chauve, satisfait de son examen, décoche un semblant de sourire à la fée et l’invite à raconter son histoire.

– Bien. Alors…. Par où commencer… Bien. Il était une fois, trois jeunes et jolies fées…

– Vous en avez pour longtemps ?! interrompt le juge chevelu.

– Euh… Assez, oui.

La vieillarde commence à ronfler. Les trois autres soupirent.

– Bon, allez-y.

« Ces trois fées étaient sœurs.

La benjamine s’appelait Sapienta, la cadette Avenença et l’aînée Baila. Elles habitaient dans les plus hautes branches des plus hauts chênes de la région de Ria. Cachées le jour entre les feuilles et les glands, elles quittaient leur demeure dès la nuit tombée pour laver leur linge. Puis, elles parcouraient les terres enténébrées des Pyrénées, usant de leurs pouvoirs surnaturels pour exaucer les souhaits des plus démunis, sous la conduite de la plus âgée.

Tel berger avait égaré une chèvre ? Au matin, elle se trouvait endormie devant sa cabane. Telle petite fille habillée de rouge était poursuivie par un loup sauvage ? Un chasseur passait par là et la délivrait. Telle veuve et son fils, très pauvres, mourraient de faim ? Leur table se chargeait de haricots spéciaux. Tel soldat tombait éperdument amoureux d’une danseuse pleine de grâce ? Il vivait une grande aventure et se faisait remarquer de sa belle.

Ces trois fées faisaient le bonheur des habitants des alentours de Ria. Puis, quand les premiers rayons du soleil effleuraient la campagne endormie, elles s’en retournaient dans leurs arbres où elles chérissaient les jeunes feuilles et les glands.

Parfois, des bûcherons essayaient d’abattre les chênes séculaires. En ces occasions, les fées se fâchaient et faisaient subir aux impudents les pires vexations, de telle sorte qu’ils n’y revenaient jamais. Tous les chênes étaient touchés de ces attentions. Tous, sauf un.

Car un petit chêne malingre poussait sous le couvert de ses aînés. C’était le plus jeune, et le plus frêle. Toujours, il se plaignait. Il ne voyait pas assez le soleil. Ses racines ne trouvaient pas assez d’eau. Il ne sentait pas assez les caresses du vent. Les fées ne lui témoignaient pas assez d’attention et cassaient ses branches délicates. Il manifesta si souvent son mécontentement que les autres chênes finirent par ignorer l’irascible. Ainsi firent aussi les Encantadas qui délaissèrent son feuillage, fatiguées de ses plaintes et exigences incessantes.

Puis, un soir, tandis que les trois sœurs lavaient leur linge dans la rivière, un jeune et bel homme survint. Le regard d’Avenença croisa celui du jeune homme et ils tombèrent aussitôt amoureux. Or elle était fée et il était homme. Elle devait donc abandonner ses deux sœurs. Il voulut l’emmener aussitôt chez les siens, mais la fée refusa cet empressement et assura au jeune homme de lui donner sa réponse le lendemain.

Dans la nuit, les fées tinrent conseil et en oublièrent leur tâche nocturne. La chèvre fut mangée. La petite fille se sauva de peu. Le garçon pauvre mangea ses haricots. Le soldat ne retrouva pas sa belle. Séparées, les trois fées perdaient leur pouvoir, et elles n’avaient pas cœur à abandonner les habitants de Ria à leur triste destin. Avenença décida de sacrifier son amour.

Le lendemain soir, elles retournèrent laver leur linge. Le jeune homme arriva peu après. Sa belle lui révéla son refus avec moult larmes. Mais l’amoureux déclara mourir de chagrin si elle ne venait pas avec lui et les bonnes résolutions de la fée fondirent comme neige au soleil. Elle obtint de lui une nouvelle nuit de réflexion.

Les Encantadas étaient affligées car elles faisaient face à un choix très difficile. Une nouvelle chèvre fut mangée. La petite fille fut rattrapée par le loup. La veuve mourut de faim. Le soldat s’engagea dans la marine. Or l’amoureuse prétendit qu’elle ne pourrait survivre si son amant perdait la vie du fait de son refus. Tenaillées par ce dilemme, elles prirent alors la décision de se séparer. Avenença pourrait aller vivre heureuse et avoir beaucoup d’enfants avec son jeune et bel homme.

Ses sœurs n’avaient plus le désir de continuer à vivre dans les chênes, seules. Elles choisirent de les quitter le soir même. Toutefois, avant de partir, elles voulurent récompenser les arbres pour leur protection et leur fidélité, si précieuses. A l’exception de l’irascible chêne rabougri.

– Nous sommes prêtes à vous distribuer les faveurs les plus éclatantes. Parlez et vos vœux seront exaucés, dirent-elles aux arbres protecteurs.

Un groupe de chênes s’écria :

– Les arbres des collines voisines vivent heureux car leurs feuilles sont fines et étincelantes. Nous voudrions avoir des feuilles d’or.

Le vent apporta un bruit harmonieux de voix qui disaient :

– Notre feuillage est terne, donnez-nous des feuilles de cristal.

Enfin un rossignol vint transmettre les désirs des chênes les plus éloignés qui demandaient des feuilles plus tendres et parfumées. En moins d’une seconde tous les chênes obtinrent satisfaction.

Seul le plus jeune conserva son ancien feuillage. Et les Encantadas partirent pour la rivière où le jeune et bel homme attendait. Avenença se jeta dans ses bras et il l’emmena sur son grand cheval blanc, au loin, où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Baila et Sapienta trouvèrent refuge dans le bourg de Ria.

Mais dans la nuit, le chêne malingre, qui avait la ruse inspirée par la méchanceté, parla à un écureuil des feuilles d’or de ses frères. L’écureuil volubile en parla aux oiseaux. Les oiseaux en parlèrent aux biches. Les biches en parlèrent aux marmottes. Et les brigands des montagnes, qui en ces temps écoutaient la nature, eurent vent de ce miracle. Alors, au petit matin, ils descendirent de leurs cavernes en une large troupe. Très vite, ils virent les feuilles d’or. Elles étincelaient sous le soleil levant, tentantes. En quelques minutes, les arbres furent dépouillés de leur somptueux feuillage. Une fois leurs poches, leurs mantes, leurs fontes et leurs sacs remplis, les brigands disparurent. Les chênes aux feuilles d’or furent abandonnés dénudés et ils dépérirent.

Le chêne malingre était ravi. Pour la première fois de sa vie, son feuillage était inondé de soleil. Mais il n’était pas encore satisfait. Il rappela son écureuil et lui raconta que les chênes aux feuilles de cristal étaient exaspérés par le bruit du vent et qu’avec de telles feuilles, ils espéraient pouvoir couvrir ses sifflements. L’écureuil en parla aux mulots. Les mulots en parlèrent aux fouines. Les fouines en parlèrent aux aigles. Et les aigles rapportèrent les paroles du rusé à l’esprit du vent. Indigné, celui-ci fit souffler une terrible tempête sur les chênes. Les feuilles de cristal qui tintaient sous la brise tombèrent les unes après les autres et se brisèrent. En quelques minutes, les arbres furent dépouillés de leur feuillage mélodieux. Les chênes aux feuilles de cristal furent abandonnés dénudés et ils dépérirent.

Le chêne malingre était très content de lui. Pour la première fois de sa vie, il put pomper de l’eau jusqu’à plus soif. Mais il lui en fallait encore plus. Une nouvelle fois, il rappela son écureuil et rit avec lui des feuilles parfumées et tendre de ses derniers frères qui ne manqueraient pas d’attirer la convoitise. L’écureuil en parla aux sangliers. Les sangliers en parlèrent aux renards. Les renards en parlèrent aux chèvres survivantes. Et les gloutonnes se ruèrent vers les chênes odorants. Le berger qui les accompagnait grimpa dans les arbres et les dépouillèrent de leur feuillage parfumé pour que son troupeau puisse s’en repaître. Les chênes aux feuilles tendres furent abandonnés dénudés et ils dépérirent.

Cette fois, le chêne malingre se sentit vengé. Il était désormais le seul à posséder un feuillage. Pour la première fois de sa vie, il put sentir la douce caresse du vent sur ses rameaux. Avec le temps, les bûcherons revinrent. Etonnés, ils abattirent tous les chênes pour faire du bois de chauffage. Tous, sauf un. Pour une raison obscure, le chêne rabougri fut épargné.

Quelques temps après, Baila et Sapienta vinrent rendre visite à leurs chênes amis. Elles constatèrent avec effroi ce qu’il était advenu d’eux. Mais dépossédées de leurs pouvoirs, elles ne purent que passer leur chemin. »

– Voilà, achève la fée. Nous ne voulions que le bonheur des chênes…

Les deux magistrats mâles papotent entre eux. Les ronflements de la juge endormie font vibrer l’estrade. Quant à l’acariâtre, elle regarde la fée avec perplexité. Puis elle conclut :

 – Je crois bien qu’il y a tromperie. Ce chêne… Il mériterait d’être ici à votre place.

– Ah bah oui !

– Ne parlez que quand je vous fais signe !

La fée hoche la tête.

– Toutefois, vous comprenez… C’est comme ces maudits dragons… Trop encombrants, ils ne rentrent pas dans la salle d’audience. Et puis, ils sont dangereux, c’est compliqué à faire comparaître un dragon… Alors un chêne ! Il n’est plus si malingre que ça, votre chêne… Ca veut dire logistique coûteuse, déplacement de la cour, …

– Mais… coupe la fée.

– ATTENDEZ QUE JE VOUS FASSE SIGNE !

Le chat est seul dans la salle d’attente. Il a fini sa toilette et attend patiemment. Les affiches le font ricaner intérieurement. Tout à coup, la porte s’ouvre. Une voix féminine :

– Tigre Soichocha, à la barre.

Dommage, pense le chat, elle était drôlement gentille cette petite fée.


Vous avez aimé cette nouvelle humoristique et grinçante ? Vous voulez lire d’autres de mes écrits ? N’hésitez pas à vous procurer mon premier roman de Fantasy, Vérité, dispo ici au format e-book et dispo ici au format broché !

ebook fantasy vérité yoan h padines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *