Entre Troll et Ogre – Marie-Catherine Daniel – roman Fantasy

critique roman fantasy entre troll et ogre Marie-Catherine Daniel

Cette semaine, voici une chronique qui m’aura déçue. Parce qu’on ne peut pas accrocher à tous les romans… mais ce n’est jamais plaisant de donner un avis négatif.

Voici la chronique de Entre troll et Ogre, de Marie-Catherine Daniel publié aux éditions ActuSF.

La quatrième de couverture

Arsouille est un vieux troll désabusé et perclus d’arthrite. Plus grand-chose ne l’inquiète, à part bien sûr les ogres, la guerre et son petit-fils qui doit entrer au collège…

Mais un soir, Arsouille reçoit une lettre pleine de regrets de son jumeau qu’il n’a pas vu depuis cinquante ans.

La surprise est totale : son frère est un ogre et les ogres n’écrivent pas aux trolls. D’ailleurs, les ogres ne font pas dans le sentiment, pas même avant de vous arracher la tête.

Alors qui a écrit cette lettre ? Arsouille qui ne sait pas déchiffrer une carte va devoir se rendre sur le front pour le découvrir…

Une enquête à mi-chemin entre la fantasy et le post-apocalyptique.

Avec Entre troll et ogre, Marie-Catherine Daniel signe un roman puissant qui interroge la notion d’humanité.

 

Mon avis sur ce roman

Je n’ai pas compris ce roman, que je n’ai d’ailleurs pas terminé (c’est rarissime). Il m’a fait le même effet que, en son temps, Blanche-Neige et les lance-missiles, de Dufour ou encore Féerie pour les ténèbres, de Noirez : beaucoup d’absurde, un style qui tranche avec ce qu’on voit ailleurs – sans pour autant que cela fonctionne – et une sorte de nouvelle vague propre à ravir les directeurs éditoriaux qui lisent la même chose, jour après jour, mais moins aisément des lecteurs “lambdas”.

Ce n’est pas mal écrit en soi, et ce n’est bien entendu que mon humble avis : je n’ai pas accroché et je ne recommande pas… ce qui n’empêche pas que, peut-être, vous aimerez ce roman 😉

Ma note : 1,3 / 5

Style de l’auteur

Le style de Marie-Catherine Daniel n’est pas mauvais, c’est plutôt envolé, rythmé. Presque trop, limite hâché, un poil grinçant. 

Maîtrise de la langue

Aucun souci (de ce que j’en ai lu).

 

Personnages

Bah là, non. Je n’ai pas réussi à m’identifier au vieux troll, ni à son trollinou. Je n’ai éprouvé aucun semblant d’intérêt pour les objectifs d’Arsouille, aucune espèce d’émotion mis à part l’ennui.

Univers

Pas mieux : pas compris, trop cryptique ou symbolique, des trolls qui se transforment en ogres ou en humains… Enfin bref, putain de poussée dentaire, symbole de l’adolescence humaine ? Non, vraiment, j’ai rien compris, alors pas facile de s’intéresser, encore moins de s’attacher.

Intrigue

Bah… Personnages et univers pas attachants… Autant dire que le moteur initial de l’intrigue – la lettre du frère d’Arsouille – est tombée à plat pour moi.

Originalité

J’ai cette sensation qu’à vouloir chercher l’originalité à tout prix, Marie-Catherine Daniel a fait de l’atypique pour le seul but de l’atypique… C’est probablement très bien pour un très gros lecteur en recherche avide de NOUVEAU. Pour ma part, je lis globalement peu, par manque de temps, et du coup, j’ai trouvé ça plus chiant qu’autre chose.

Sorry.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *