chronique livre blood saga lili padioleau gore horreur

La Blood Saga – Lily Padioleau – roman horreur

J’ai fini la Blood Saga de Lily Padioleau, la Reine des Enfers.

Cette lecture ne sera pas au goût (sanglant !) de tout le monde… Âmes sensibles, abstenez-vous !

Amateurs du genre gore et horreur, si vous voulez voir le crime depuis la tête de psychopathes, allez-y vite !

La quatrième de couverture

Dans la première partie, vous rencontrerez Rose Delgado, la Blood Queen de Chicago.
La tueuse organisée et méticuleuse.

Dans la seconde partie, vous rencontrerez Anton Medvedev, le Blood King de Minneapolis.
Le tueur hanté par son passé et incapable de gérer sa colère.

Dans la dernière partie, vous serez immergés dans un Road Trip de l’horreur organisé par les deux tueurs sanguinaires.
Alors, prêts à entrer dans la tête de deux tueurs en série ?
Prêts à plonger dans la folie sanglante de la Blood Saga ?

Mon avis sur ce roman

Imaginez un Misery revisité, où vous découvrez le roman non pas à travers les yeux de Paul Sheldon, mais de ceux d’Annie Wilkes. Et imaginez qu’Annie, hé bien, elle n’est pas toute seule (et pas que dans sa tête)… Voilà : vous avez Rose et Anton. Deux psychopathes qui rythment ces trois romans d’horreur au très léger fond de romance.

Pour ma part, j’ai préféré Anton, le Blood King: j’ai trouvé sa psychologie plus travaillée, son passé plus « touchant », et je me suis plus identifié à lui (façon de parler, hein. Pourquoi y a les gendarmes qui toquent chez moi, là ?).

Rose, la Blood Queen est froide (au point de pouvoir dire qu’elle aime tuer comme certains aiment le chocolat !) et maniaque au possible.

Dans les deux cas (et surtout quand ils se rejoignent !), on ne peut qu’observer avec horreur et fascination les meurtres qu’ils commettent sans sourciller. En se demandant forcément s’ils vont se faire choper… ou pas. Quant au final… Non, je ne peux rien dire, pas de spoil. Il vous faudra le découvrir par vous-même… si vous l’osez.

Ma note : 4,5 / 5

Style de l’auteur

Lily offre une plume simple et efficace. Dans les faits, c’est sanglant sans tomber dans la description détaillée du gore juste pour le plaisir du gore. De nombreuses ellipses permettent au lecteur de souffler un peu malgré la folie meurtrière de Rose et Anton.

Maîtrise de la langue

Quelques coquilles et fautes de frappe, rien de bloquant.

Personnages

Rose est froide, méthodique, dépassionnée, sauf quand il s’agit de tuer. J’ai eu du mal à « m’attacher » à elle, et j’avais très envie de la voir appréhendée par la police. Malgré cela, on assiste à ses meurtres avec la fascination d’une biche pour les phares d’une voiture, la nuit, sur une route au milieu des bois.

Anton est plus « humain » dans son inhumanité de tueur. Je l’ai trouvé plus crédible et attachant, car il n’en est pas arrivé aux meurtres par hasard. On attend d’ailleurs le moment où il coupera court (!) à son passé, et le moment venu… surprise… Je n’en dirai pas plus. Même sous la torture (sauf si c’est Rose qui tape à la porte. Quoiqu’à la réflexion, de toutes les manières, les supplications, elle déteste).

Univers

On sent très vite que Lily Padioleau s’est beaucoup documentée, à la fois sur la psychopathie, les tueurs en série, mais aussi sur le lieu de l’action, qui se déroule aux États-Unis.

Alors, avis très perso : j’aurais préféré un décor franco-français, voire européen. Il n’empêche que cela fonctionne bien en l’état.

Intrigue

L’intrigue est tirée par une forme de voyeurisme horrifié et malsain. Mais jusqu’où vont-ils pouvoir aller ? Qui parviendra à les arrêter ? Car vous vous doutez bien que s’il y a un troisième tome, ça sévit dur dans les deux premiers ! Et dans le troisième aussi, d’ailleurs… Vous voulez savoir comment ça se termine ? Allez, le lire 😈😈😈

Originalité

Je ne m’étais jamais retrouvé à ce point dans la peau d’un psychopathe. C’est impressionnant, flippant, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas commun ! Quant au fond de romance meurtrière… Lily a pris des risques (imaginez la tête de son historique internet… c’est étonnant qu’elle ne soit pas allée faire un tour en garde-à-vue juste pour ça !) et c’est réussi.

En conclusion, vous pouvez trouver :

Leave a Comment

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La campagne de financement participatif

du tome 2 de Varumotu est lancée !

  • varumtu 2 broché tiki fantasy young adult voyage aventure

CONTRIBUER