autoedition et correction professionnelle

LA CORRECTION, C’EST ESSENTIEL EN AUTO-EDITION

Je ne parle pas de correction au sens de la politesse, hein. Enfin, si, il faut aussi être poli dans l'auto-édition, ça tombe sous le sens, mais ce n'est pas de cette correction là dont je veux parler. Non, je parle de correction au sens orthographique.

Car c'est officiel : j'ai découvert récemment que je suis nul en ortograffe... et pas que. Pour mon nouveau roman, Varumotu : le fardeau de Tahito, j'ai choisi de faire appel à une correctrice professionnelle : Mathilde alias Keli Raccoon, et je suis très content du résultat !

 

Varumotu : petit florilège de mes pires coquilles

Les voici :

  • j'ai réussi à écrire : Ura a les yeux bleux
  • ou encore : les reflets du soleil est aveuglant
  • et même : combien de parchemins as-tu lu ?
  • voire : s'allonger, ça prend deux "L"...

 

Et vous savez quoi ? Ce n'est pas le pire. Car il y a aussi des fautes de style bien plus graves !

  • du brasier ne subsiste que des braises (forcément, ça avance beaucoup le récit, ça !)
  • Et encore mieux : tirer la queue et les oreilles d’Ura qui se laisse faire et se contente de débarbouiller la petite avec sa langue baveuse. Habituellement, le jeune homme adore participer aux épreuves sportives. Il se contente d’éviter les courses de pirogue (...) (cela fait beaucoup de contentement)
  • voire la répétition du mot "aussi" trois fois en six lignes... (je passe les autres répétitions, ça a été le plus gros du travail de correction...)

Je ne vais pas tout vous montrer, c'est trop chiant (et puis, cela fait très mal à mon égo).

En fait, tout ça montre à quel point l'auto-édition reste un vrai métier qui nécessite de multiples compétences.

 

L'Auteur est par construction "mauvais" en orthographe

Un peu d'auto-dérision est toujours nécessaire, mais en vrai, je ne suis pas si mauvais que ça en orthographe. Et ce que j'écris ci-dessous est vrai pour tous les écrivains, alors décomplexez-vous car ce n'est pas grave !

Le processus créatif d'écriture n'est pas compatible avec un bon respect de l'orthographe.

Et j'irais même plus loin : la dimension scénaristique et dramatique du roman nécessite d'oublier pour un temps style, grammaire et orthographe. Car c'est là l'essentiel d'un roman : une bonne histoire. Ecrire une histoire à l'orthographe impeccable mais dont la traque de toute coquille rend le scénario faible, c'est à peu près irrécupérable.

L'auteur ne peut pas tout traiter en même temps, il doit prioriser son énergie mentale créatrice. Et il vaut mieux la consacrer au scénario, aux conflits, à la dramaturgie, aux personnages. Perso, je préfère avancer coûte que coûte et produire un texte imparfait... qui arrive au bout de son histoire.

Le reste, c'est de la forme... qui peut pourtant carrément gâcher le fond ! La correction est inévitable, mais elle peut intervenir dans un second temps : c'est normal, alors ne culpabilisez pas.

 

L'Auteur est par construction "mauvais" Correcteur (de ses écrits)

C'est pour cela que l'écriture du premier jet n'est qu'un petit bout du travail de l'auteur : il lui reste à relire, corriger, relire, corriger, ... La traque des fautes d'orthographe et des fautes de style (répétitions en tête !) démarre. Sauf qu'au bout d'un moment, l'écrivain ne peut plus lire son texte avec suffisamment de détachement.

Exemple vécu : j'ai relu au moins cinq fois un paragraphe complet. A chaque fois, j'ai tiqué. A chaque fois, je me suis dit "y a un truc qui va pas". A chaque fois, j'ai échoué à mettre le doigt dessus.

Mathilde a vu direct le problème : une phrase longue avec... deux ":" imbriqués 😱😱😱 Une forme d'inception littéraire illisible et repoussante. Je n'étais malheureusement plus en capacité de la détecter.

C'est là toute la difficulté de la Correction faite soi-même : nous connaissons trop nos textes pour être très efficaces. Quelles solutions ? Il y en a deux.

1. La Correction bénévole par des proches

Les proches vont de la famille aux amis, en passant par des lecteurs volontaires (et adorables !) qui veulent bien donner un coup de main.

C'est la solution que j'ai privilégiée pour mes quatre premiers romans. On ne va pas se mentir, c'est mieux que rien, mais ce n'est pas forcément suffisant (même si ça a le gros avantage d'être gratuit !). Du simple point de vue orthographique, ces romans ne sont pas parfaits.

Les inconvénients du bénévolat :

  • cela peut manquer de professionnalisme (!)
  • bonne volonté ne rime pas toujours avec compétences
  • les outils utilisés peuvent manquer d'efficacité (corriger sans le mode de révision de Word, c'est d'une lourdeur...)
  • vous ne maîtrisez pas les délais (je ne me vois pas mettre la pression à des bénévoles !)
  • l'auto-censure affective peut freiner les retours négatifs des proches

2. La Correction payante par un.e professionnel.le

Clairement, c'est plus cher : c'est un investissement. Pas facile comme décision à prendre quand on voit les marges dégagées par l'auto-édition...

Cela dit, le résultat est à la hauteur : Mathilde m'a débusqué pas mal de fautes résiduelles (j'avoue, j'ai vérifié certaines fautes soulignées, envahi de doute que j'étais... A chaque fois, elle avait raison... et moi tort 😝), quelques tournures maladroites, un grand nombre de répétitions. Et elle en a même réalisé une bêta-lecture qui souligne quelques flous de compréhension, avec des préconisations pertinentes (comme le rajout d'un lexique pour les mots de reo Tahiti). Le tout en un temps très court, avec des retours très factuels, dépassionnés même. En plus, elle est très disponible pour les échanges, notamment sur Insta 😁

Il restera forcément encore des coquilles : il reste toujours des coquilles, la perfection n'existe pas. Mais au moins, j'aurais fait tout ce que je pouvais pour les éviter, elles seront moins nombreuses, et du coup, elles ne pèseront plus comme une sorte d'épée de Damoclès au-dessus de la tête. Bref, je suis ravi !

Le tout a été financé grâce aux contributeurs de la campagne de financement participatif :

ENCORE UN GRAND MERCI

Tiffany - Harry - Philippe - Jean-Baptiste - Lise - Marie - Anaïs - Dolores - Guillaume - Anissa - Philippe - Isabelle - Françoise - Brigitte - Marc - Isabelle - Magali - Alexandra - Marylou - Noëlla - Amélie - Roger - Yann - Jean-Marc - Chris - Virginie - Arnaud - Anne-Marie - Nadine - David - Dolores

PS : je me sauve, j'ai des goodies à préparer... et des impressions à lancer...

Leave a Comment

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La campagne de financement participatif

du tome 2 de Varumotu est lancée !

  • varumtu 2 broché tiki fantasy young adult voyage aventure

CONTRIBUER