booksta n13 preparation salon livre auto edition

Un salon en auto-édition, ça se prépare !

Voilà le premier Booksta de la rentrée 2021 !

Quelques informations exclusives spéciale Dystopies :

 

Et sinon, le grand Scoop Booksta :

Les salons ont repris, et un salon, ça se prépare, même dans l'auto-édition !

En octobre 2020, j'ai participé à mon premier salon en tant qu'auteur auto-édité : le Angers Geek Fest. Les 11 et 12 septembre 2021, j'ai participé à la seconde édition, et c'était juste géniale ! Parce que j'ai rencontré de nouveaux lecteurs, mais aussi retrouvé des lecteurs de l'édition précédente, des lecteurs de tous horizons qui ont fait le déplacement exprès (MILLE MERCI !). Et parce que j'ai vu ma progression entre les deux salons et le niveau de professionnalisme qui a monté !

Du coup, je vous propose mon propre retour d'expérience sur le sujet.

 

Nécessité d'être préparé pour l'auto-édité

Ce premier salon en 2020, j'y ai été un peu la fleur au fusil car d'une manière générale... je n'aime pas les salons. Et si j'en ai déjà fait pas mal dans une autre vie, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en tant qu'auteur. En fait, j'étais même un peu réticent, mais comme c'était une expérience proche de chez moi et à faible coût, j'avais tout de même tenté l'aventure... et je n'ai eu aucun regret !

Pourtant, les voyants n'étaient pas au vert : octobre 2020, deuxième vague COVID. Salon à guichet fermé pour raison de jauge sanitaire. Masque obligatoire. Climat global étrange.

Et en fait, j'y ai passé un très bon moment car :

  1. l'ambiance Geek est "bon enfant", c'est hyper rafraîchissant et ça fait du bien !
  2. rencontrer de vrais lecteurs en chair et en os, hors d'Insta, c'est génial !
  3. "espionner" les collègues auteurs permet de sacrément progresser ! Hein, camarade Aidan Fox 😉

Bon, pour troisième point, faut avouer que je ne m'étais pas foulé : je craignais tant l'annulation que j'avais investi sur le minimum syndical. Voire moins que ça.

Donc quand j'ai vu la bête des salons en action, alias Aidan Fox, il a fallu me rendre à l'évidence : il était urgent de réagir ! Vous savez quoi ? J'ai passé une partie de la nuit du samedi au dimanche à préparer des mini flyers, à les imprimer sur mon imprimante laser et à les découper dans la foulée ! Du travail dégueulasse... et qui s'est pourtant avéré payant ! Il n'empêche que pour un roman que je vendais, le camarade Aidan en vendait au moins cinq, un vrai tueur !

Au final, mon bilan n'était pas dramatique, avec des rencontres au top dont la plupart se sont prolongées... sur Insta ! En attendant les prochaines rencontres IRL.

Et dans ce bilan,  j'en ai aussi tiré un bilan de préparation pour "faire mieux" la prochaine fois...

 

Quelques conseils de préparation de salon à destination des auteurs auto-édités

Ceux où j'avais bon au Angers Geek Fest #1

La nappe

Dans les salons, les tables sont livrées "brutes". Bref, vous avez le droit à une table en bois brut, type comice agricole. Rien de sexy. Il ne faut donc pas oublier de prévoir à minima une nappe. Pour ma part, j'ai opté pour le noir qui - je trouve - met davantage les livres en valeur. On est d'accord, François, ça fait la différence ? 😉

Les présentoirs

Un livre posé à plat sur une table, c'est moins joli qu'un livre sur un présentoir : ça attire moins l’œil. Il en existe plein de sortes ! Perso, j'ai investi dans du plexi transparent pour "verticaliser" mes romans. Il en existe en inox, ce sera un futur investissement (c'est beaucoup plus qualitatif, mais plus onéreux et pas si facile que ça à trouver).

Attention : suivant l'imprimeur, les couvertures des romans ont tendance à gondoler, il faut donc de temps en temps changer l'exemplaire présenté... et remettre celui gondolé sous une lourde pile pour qu'il reprenne sa forme...

Moyens de paiement

J'étais très fier : j'avais fait l'acquisition d'un boîtier sum-up, ce petit appareil pour faire payer vos lecteurs par carte bancaire. C'est génial, d'un investissement minime (une trentaine d'euros) et les frais sont assez faibles (1,7% de commission). Idéal pour de petits volumes et en plus, cela permet aussi de procéder aux encaissements de ma boutique en ligne !

Ceux où... euh... j'étais moins bon au Angers Geek Fest #1

Moyens de paiement

Ouais, j'ai été bon pour le paiement CB... mais j'ai zappé que certains payaient en espèces ! J'ai tellement pas l'habitude. Du coup, mieux vaut prévoir un peu de monnaie ! Sinon, obligé de taxer les voisins pour les rembourser plus tard et ça, c'est bof !

Flyers

L'une de mes plus grosses erreurs, largement corrigée depuis. Même #instakill avait ses flyers pour le Angers Geek Fest #2, alors même que le roman n'était pas encore sorti !

Les flyers permettent de laisser quelque chose aux gens, mais aussi de briser la glace. De nombreux visiteurs s'approchent de votre stand mais ne veulent pas forcément être poussés à la vente. Le flyer évite l'interaction sociale qu'ils redoutent, c'est un premier pas. Cela permet aussi de faire penser à certains visiteurs de revenir plus tard acheter le roman, c'est un bon "remind". Et ça véhicule votre nom d'auteur, ce qui n'est jamais mauvais.

C'est vraiment l'outil idéal pour briser la glace et attirer le chaland sans être agressif.

Kakemono

Les stands sont nus. C'est terne, voire aride. Un kakemono, de nos jours, ça ne coûte plus très cher et ça habille très bien l'arrière-plan. Et ça se voit de loin ! L'avantage, c'est que contrairement à une bâche seule, c'est auto-porté, donc pas souci de fixation.

Goodies

Lors de mon premier salon, j'ai misé sur les marque-pages uniquement. C'est le goodies de base pour un auteur auto-édité.

Pour le second, j'y ai adjoint monoï, tatouages éphémères, auto-collants, cartes postales, notamment pour Varumotu, le fardeau de Tahito. Et même des douceurs angevines : des quernons d'ardoise de la Maison du Quernon (délicieux !), un petit sachet pour chaque roman vendu 🙂

Certains auteurs en rajoutent encore : tote bag, stylos, bijoux, mugs, carnet de notes, ... Y en a pour tous les goûts !

Décoration

La déco, c'est ma bête noire. Et pourtant, certains ont des stands hyper stylés, avec une décoration recherchée et cohérente. L'année dernière, c'était vraiment léger. Et puis, un lecteur m'a offert sur le stand un Baby Groot Funky Pop. Hé bien, rien que ça, ça fait la différence !

Pour cette seconde édition, j'ai largement retravaillé ma déco :

  • plantes vertes (en plastique, hein) et couronnes de branchage
  • bougies (électriques !) et luminaire
  • colliers de coquillages, corail, graines marquisiennes (pour l'ambiance polynésienne de Varumotu !)
  • un décor de table doré et odorant 😉

J'ai aussi séparé mes deux univers Fantasy et Thrillers, avec deux présentoirs dédiés. Et cette année, j'ai eu des retours spontanés et très positifs sur cette déco ; ça, ça fait très plaisir !

 

Nouvelle édition du Angers Geek Fest : bilan

Cette nouvelle édition devait se tenir en avril 2021, mais la 3ème vague a entraîné son report aux 11 et 12 septembre 2021.

Cette fois, pas de jauge, et le nombre de visiteurs a largement augmenté ! C'était toujours aussi bon enfant et rafraîchissant, et bien plus stimulant ! Plus fatiguant aussi...

Des lecteurs qui avaient découvert ma plume l'an dernier sont revenus, et c'est #instakill qui a dominé mes ventes... alors même qu'il n'est pas encore sorti et qu'il n'est qu'en pré-commande ! D'ailleurs, le lancement de la Communication est prévue pour début octobre...

Des lecteurs de #bookstagramfrance sont venus de loin pour me voir et ça aussi, ça fait très plaisir !

Concernant les ventes, j'ai fait +75% par rapport à l'année dernière, ce qui rend le salon tout à fait honorable en termes de rentabilité.

Bref, c'était un super moment dont vous pouvez retrouver quelques photos ci-dessous :

Leave a Comment

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La campagne de financement participatif

du tome 2 de Varumotu est lancée !

  • varumtu 2 broché tiki fantasy young adult voyage aventure

CONTRIBUER